Des cas graves de pancréatites sont survenus lors de traitements par blinatumomab. Le blinatumomab doit être interrompu en cas de pancréatite de grade 3 et arrêté définitivement en cas de pancréatite de grade 4. Les patients doivent être informés des symptômes évocateurs d'une pancréatite.

En savoir +

Des cas de migration d'implants NEXPLANON dans les vaisseaux sanguins et dans la paroi thoracique ont été rapportés. Un implant doit toujours être localisé avant  son retrait. S'il n'est pas palpable, son retrait est recommandé sous guidage échographique, voire même au cours d'une intervention chirurgicale s'il est localisé dans le thorax.

En savoir +

 Des cas de surdosage ont été observés lorsque des comprimés de posaconazole ont été administrés à la place de la suspension buvable. Des cas de sous-dosage et de manque d'efficacité sont survenus quand la suspension buvable a été délivrée à la place des comprimés. Par conséquent les prescripteurs doivent préciser la forme et la posologie de posaconazole sur chaque prescription et les pharmaciens doivent veiller à délivrer la forme appropriée au patient.

En savoir +

 A la suite d'effets indésirables graves liés à la prise de colchicine et afin de limiter les risques de surdosage, l'ANSM et le laboratoire ont procédé à une mise à jour du RCP. Il est recommandé : - de diminuer la dose de charge lors de l'initiation du traitement par colchicine - d'adapter la posologie chez le sujet âgé, l'insuffisant rénal ou hépatique - de vérifier le risque d'interaction médicamenteuse (CI avec les macrolides sauf la spiramycine) - d'informer les patients des premiers signes de surdosage ( douleurs abdominales, diarrhée, nausées et vomissements).

En savoir +

Risque médicamenteux en cas de canicule !

 L'exposition à de fortes chaleurs constitue une agression pour l'organisme. Il existe un risque de déshydratation, de coup de chaleur ou de déséquilibre d'une maladie chronique comme le diabète. Les fortes chaleurs peuvent également avoir une incidence sur la conservation et l'utilisation de certains médicaments ou dispositifs tels que les bandelettes de contrôle et les lecteurs de glycémie.

En savoir +

 La prégabaline (Lyrica et génériques) fait l'objet d'une utilisation abusive à des fins récréatives. Des détournement de prescriptions ont été signalés ainsi qu'une augmentation de l'utilisation de prégabaline chez des patients présentant des antécédents de toxicomanie.

En savoir +

Des erreurs de délivrance à partir d'ordonnances manuscrites peu lisibles ont été constatées entre les spécialités PREVISCAN 20 mg (fluindione) et PERMIXON 60 mg (Serenoa repens). Elles ont été suivies de conséquences graves pour les patients avec des hémorragies. Les prescripteurs doivent donc s'appliquer à préciser la DCI, le dosage et à mentionner le nom de la spécialité en lettres majuscules.  

En savoir +

Un dépistage du virus de l'hépatite B doit être réalisé avant l'initiation d'un traitement par un inhibiteur de tyrosine kinase BCR-ABL. En effet, des cas de réactivation du virus de l'hépatite B ont été rapportés chez des patients traités par ITK BCR-ABL : GLIVEC (imatinib), SPRYCEL (dasatinib), TASIGNA (nilotinib), BOSULIF (bosutinib), et ICLUSIG (ponatinib). Une surveillance pendant le traitement et plusieurs mois après son arrêt est également nécessaire.

En savoir +

Des cas d'abus, de pharmacodépendance, de mésusage et d'usage détourné ont été mis en évidence avec les antinaupathiques MERCALM, NAUSICALM (diménhydrinate) et NAUTAMINE (diphénydramine). Ces antihistaminiques H1 de première génération sont surtout utilisés à des fins récréatives par des adolescents ou jeunes adultes. Ces spécialités ne doivent donc plus être en libre accès dans les pharmacies et les professionnels de santé doivent être très vigilants face aux demandes des adolescents ou jeunes adultes.

En savoir +

En raison d'utilisation hors AMM  (autisme et TDAH) de la rispéridone dans la population pédiatrique (5-17 ans), l'ANSM rappelle que RISPERDAL par voie orale et ses génériques doivent être utilisés : - d'une part, dans les indications approuvées en France (en particulier agressivité) - d'autre part, pendant une durée courte (jusqu'à 6 semaines).

En savoir +