Attention au risque de LEMP sous cladribine

Des cas de leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP), d'évolution parfois fatale, ont été rapportés chez des patients traités par cladribine (LITAK, LEUSTATINE). Le diagnostic de LEMP doit être évoqué chez tout patient présentant des symptômes neurologiques, cognitifs ou comportementaux lors d'un traitement par cladribine ou même plusieurs années après ce traitement.

En savoir +

GILENYA (fingolimod) indiqué dans le traitement de la sclérose en plaques rémittente-récurrente est contre-indiqué chez les patients présentant des maladies cardiaques sous-jacentes comme un infarctus du myocarde, un angor instable, un AVC, des accidents ischémiques transitoires, une insuffisance cardiaque décompensée, des arythmes cardiaques sévères, un bloc auriculo-ventriculaire, etc.

En savoir +

La prescription et la délivrance de médicaments à base de valproate nécessite une attention particulière des professionnels de santé ainsi qu'une information complète des patientes. Ces médicaments présentent des risques importants de malformation et de troubles neurodéveloppementaux pour les enfants s'ils sont utilisés pendant la grossesse. Les patientes doivent présenter chaque mois à leur pharmacien, un formulaire d'accord de soins et une ordonnance de spécialiste datant de moins d'un an.

En savoir +

Des réactions cutanées sévères ont été rapportées chez les patients traités par ARANESP, EPREX, BINOCRIT, NEORECORMON, EPORATIO, RETACRIT et MIRCERA. Elles sont considérées comme un effet de classe de toutes les époétines recombinantes humaines. Dès l'instauration du traitement, les patients doivent être informés des signes  évocateurs de réactions cutanées sévères : éruption cutanée étendue avec rougeurs, bulles au niveau de la peau et des muqueuses, précédée de symptômes pseudo-grippaux (fièvre, fatigue, douleurs musculaires et articulaires).

En savoir +

Les spécialités injectables à base de méthylprednisolone (SOLUMEDROL et génériques) contenant du lactose sont contre-indiquées chez les patients allergiques aux protéines de lait de vache.

En savoir +

L'ANSM recommande aux médecins de réserver la prescription de L-Thyroxine en priorité aux enfants de moins de 8 ans et aux personnes ayant des troubles de la déglutition. L'Agence rappelle que le traitement par lévothyroxine ne doit en aucun cas être interrompu ou modifié sans avis médical.

En savoir +

L'ANSM alerte les professionnels de santé sur le risque d'hyponatrémie grave au cours d'administration de solutés glucosés à des populations à risque et plus particulièrement chez les enfants. Une hyponatrémie aiguë peut être à l'origine d'une atteinte cérébrale et provoquer des complications neurologiques irréversibles, voire fatales.

En savoir +

L'administration concomitante de sélexipag avec un inhibiteur puissant du CYP2C8 augmente l'exposition du métabolite actif du sélexipag et accroît donc le risque d'effets indésirables.

En savoir +

Votre Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) reçoit actuellement de nombreuses déclarations d'effets indésirables du stérilet MIRENA. Voici pour rappel quelques consignes pour faire une déclaration bien documentée : MIRENA est un stérilet qui a le statut de médicament, donc il faut choisir la rubrique "médicament" sur le portail des signalements (néanmoins, rassurez-vous, toutes les fiches sont (re)transmises aux centres régionaux de pharmacivigilance). Une seule déclaration suffit quel que soit le mode de déclaration choisi (portail des signalements, site internet de l'ANSM ou contact direct avec le CRPV de votre région). Merci de préciser la date de pose du stérilet (si possible jour/mois/année ou mois/année) ainsi que la date de début des effets indésirables. N'hésitez pas à préciser si c'est la première fois que vous avez un stérilet ou s'il s'agit d'un renouvellement. Dans ce cas, bien préciser la date de pose du premier MIRENA. Si le dispositif a été retiré, précisez la date du retrait ainsi que l'évolution des symptômes depuis cette date.[...]

En savoir +

Des cas de surdosage jusqu'à 10 fois la dose recommandée, ont été rapportés avec lévétiracétam solution buvable. Les médecins doivent prescrire la dose en mg avec équivalence en ml. Les pharmaciens doivent s'assurer qu'ils délivrent la présentation avec la pipette appropriée à l'âge du patient.  

En savoir +