Des signalements de défaut de fermeture des flacons de PECFENT (fentanyl) 400 µg solution pour pulvérisation nasale lot 5430717 ont été enregistrés dans plusieurs pays d'Europe. Cela peut engendrer une augmentation de la concentration en fentanyl, responsable d'un possible surdosage chez le patient. Dans ce cas, on peut observer un risque de toxicité importante et immédiate après la prise, dont l'effet majeur le plus grave est la dépression respiratoire.

En savoir +

L'ANSM rappelle de ne pas utiliser des produits contenant du cannabidiol (CBD) vendus en dehors du circuit légal (en particulier sur internet). Le CBD a des effets psychoactifs, est potentiellement toxique pour le foie et susceptible d'interférer avec des antiépileptiques et d'accroître leur toxicité. Le traitement de l'épilepsie nécessite un suivi médical rigoureux. Pour certaines formes sévères d'épilepsies, un médicament à base de CBD (Epidyolex) peut être délivré par le biais d'une ATU nominative.

En savoir +

A la suite de détournement d'utilisation, la spécialité MYDRIATICUM (tropicamide) collyre en flacon de 10 ml est désormais réservée aux ophtalmologistes pour un usage professionnel.

En savoir +

L'EMA et l'ANSM ont renforcé les informations sur la tératogénicité et les troubles psychiatriques associés aux rétinoïdes (acitrétine, adapalène, alitrétinoïne, bexarotène, isotrétinoïne, tazarotène et trétinoïne). Les rétinoïdes oraux hautement tératogènes ne doivent pas être utilisés pendant la grossesse Par mesure de précaution, les rétinoïdes topiques sont aussi contre-indiqués chez les femmes enceintes  La prudence s'impose chez les patients ayant des antécédents de dépression

En savoir +

Dans des conditions d'utilisation prolongée et/ou avec de fortes doses de Kétamine, ont été rapportés : Des effets uro-néphrologiques (hématurie, insuffisance rénale aiguë, cystite non infectieuse, cystite interstitielle et atteinte rénale Des effets endocriniens avec augmentation de la cortisolémie ou de la prolactinémie Des effets hépatiques pouvant être sévères

En savoir +

Les quinolones et fluoroquinolones sont utilisées pour traiter des infections bactériennes au cours des desquelles le pronostic vital peut être engagé. Des données indiquent une augmentation du risque de survenue d'anévrisme et de dissections de l'aorte à la suite de traitements par des fluoroquinolones. Les patients doivent être avertis de la nécessité d'une prise en charge médicale immédiate en cas d'apparition brutale d'une douleur intense abdominale, thoracique ou dorsale.

En savoir +

En raison du risque de tératogénicité et de foetotoxicité, l'acétazolamide (Diamox et Défiltran) est contre-indiqué au cours de la grossesse. Les femmes en âge de procréer doivent utiliser une contraception efficace pendant le traitement.

En savoir +

Syndrome de perfusion du propofol

Le syndrome de perfusion du propofol est un effet rare et connu pouvant être d'issue fatale. L'ANSM et les sociétés savantes souhaitent sensibiliser les anesthésistes-réanimateurs sur ce syndrome, ses facteurs de risques et sa prise en charge.

En savoir +

THERALENE (alimémazine) est désormais soumis à prescription médicale obligatoire (liste I des substances vénéneuses). Son indication est restreinte au seul traitement des insomnies.

En savoir +

L'utilisation du XOFIGO (dichlorure de radium-223) est associée à un risque accru de fractures et à un possible risque d'augmentation de la mortalité en association avec l'acétate abiratérone et la prednisone ou la prednisolone. XOFIGO est contre-indiqué en association avec l'acétate d'abiratérone (ZYTIGA) et la prednisone ou la prednisolone. L'état osseux et le risque initial de fractures doivent être évalués avant l'initiation du traitement par XOFIGO et surveillés étroitement pendant au moins 24 mois.

En savoir +