LYNPARZA gélules et LYPARZA comprimés NE SONT PAS substituables sur une base de milligramme à milligramme en raison des différences de posologie et de biodisponibilité de chaque formulation. Il existe un risque de surdosage et d'augmentation d'évènements indésirables si la posologie des gélules est utilisée pour les comprimés ou un risque de sous-dosage et de défaut d'efficacité si la posologie du comprimé est utilisée pour les gélules.

En savoir +

La solution pour perfusion  ARGATROBAN Accord 1 mg/mL nouvelle concentration  est prête à l'emploi. Afin d'éviter un risque d'erreur médicamenteuse et des conséquences graves pour le patient, elle ne doit pas être diluée avant administration.  

En savoir +

Une augmentation du risque de récidive d'évènements thrombotiques a été observé chez des patients traités par rivaroxaban  (XARELTO) dans le cadre d'un syndrome des antiphospholipides (SAPL). Les autres AOD apixaban (ELIQUIS) et dabigatran (PRADAXA) ne sont également pas recommandés chez les patients présentant un SAPL.

En savoir +

L'indication thérapeutique du lapatinib a été modifiée dans le RCP pour rappeler l'absence de données d'efficacité du lapatinib par rapport au trastuzumab lorsqu'ils sont utilisés en association à un inhibiteur de l'aromatase.

En savoir +

L'Alemtuzumab (LEMTRADA) indiqué dans le traitement de la sclérose en plaques est à l'origine d'effets indésirables cardiovasculaires graves, d'hépatites auto-immunes et de lymphohistiocytoses hémophagocytaires. En attendant une réévaluation du rapport bénéfices-risques par l'EMA il a été décidé : de restreindre l'utilisation de l'Alemtuzumab de surveiller les signes viatux des patients avant et en cours de perfusion d'évaluer la fonction hépatique avant et pendant le traitement.

En savoir +

L'ANSM rappelle que les autorités sanitaires françaises ont jugé que le rapport bénéfice/risque des anoréxigènes amphétaminiques comme l'amfépramone (Regenon et Tenuate commercialisés en Allemagne) était défavorable. Il existe un risque d’effets indésirables graves potentiellement létaux, notamment hypertension artérielle pulmonaire primitive, accidents cérébraux vasculaires et accidents cardiovasculaires tels qu’angor et infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, dépendance et risque d’usage abusif.

En savoir +

En raison d'effets indésirables invalidants, durables et potentiellement irréversibles (affectant principalement le système musculo-squelettique et le système nerveux), il est recommandé de réserver les fluoroquinolones aux infections pour lesquelles l'utilisation d'un antibiotique est indispensable et où d'autres antibiotiques ne peuvent pas être utilisés.

En savoir +

En raison d'un risque accru d'échec virologique, un traitement par elvitégravir/cobicistat ne doit pas être instauré pendant la grossesse. Le traitement antirétroviral des femmes ayant débuté une grossesse avec Genvoya ou Stribild doit être changé. Une sous-exposition à l'elvitégravir peut entraîner un risque accru de transmission du VIH de la mère à l'enfant.

En savoir +

L'altération du marquage des seringues doseuses de la solution buvable XYREM (oxybate de sodium) peut conduire à un surdosage ou à un sous-dosage. La seringue défaillante ne doit pas être échangée avec la seringue d'un autre médicament.

En savoir +

Les traitements des hyperthyroïdies avec des spécialités contenant du carbimazole (NEOMERCAZOLE) ou du thiamazole aussi appelé methimazole (THYROSOL) peuvent être à l'origine de pancréatite aiguë. Le traitement doit alors être interrompu et ne doit pas être réadministré. Des études épidémiologiques ont montré que les traitements à base de carbimazole ou thiamazole/methimazole pouvaient provoquer des malformations congénitales en cas d'administration pendant la grossesse, en particulier au cours du 1er trimestre et à doses élevées. Par conséquent les femmes en âge de procréer doivent utiliser une contraception efficace pendant le traitement par carbimazole ou thiamazole/methimazole.

En savoir +